Les ondes privées de l'Avant-Garde de Construction Transhumaniste. Mouvement d'élite technologique pour l'élaboration de l'être humain supérieur.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Recherches - Théorie de l'évolution, sélection naturelle et hypothèses sur les mutations

Aller en bas 
AuteurMessage
Ana-Lucia Segovia

avatar

Messages : 460
Date d'inscription : 10/09/2010

MessageSujet: Recherches - Théorie de l'évolution, sélection naturelle et hypothèses sur les mutations    Sam 15 Jan - 5:46

Dans un laboratoire de fortune, construit à l'extérieur à la ville, dans une espèce de cabane agrandie trône une table. Planche de bois sur tréteaux, sur laquelle sont posés un microscope datant sans doute de mathusalem, des fioles, des prélèvements et plusieurs petits insectarium sommaires dans lesquels s'excitent quelques générations de diptères, essentiellement des espèces communes de drosophiles. Sans doute l'objet d'une étude approfondie.

Les diptères ici présents, sont des échantillons récupérés aux alentours. On n'attire pas des mouches avec du vinaigre et celles-ci se sont montrées presque volontaires pour servir de cobaye dans un environnement correspondant à leur biotope. Ces insectes ont la particularité de se reproduire rapidement, environ toutes les quatre lunes, et en élever n'est donc pas bien difficile pour vérifier comment de génération en génération, les mutations interfèrent et ce qu'elles entrainent. Récupérées encore jeunes en terrain à haute radioactivité dans le sud de la RSA, elles ont donc été amenées jusqu'au laboratoire et si la nature est généreuse, elle ne se prive pas d'ajouter un brin d'imaginaire à ses créations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana-Lucia Segovia

avatar

Messages : 460
Date d'inscription : 10/09/2010

MessageSujet: Re: Recherches - Théorie de l'évolution, sélection naturelle et hypothèses sur les mutations    Jeu 20 Jan - 6:17

Citation :
Lune 121

Un couple de drosophiles - mâle et femelle, ces dernières étant repérable du fait qu'elles sont plus grosses- a été enfermées dans un insectarium reprenant les conditions de leur biotope. Leur sélection s'est évaluée sur un site à forte radioactivité. Le but de l'expérience est de constater après une exposition, les effets sur les générations futures quand les premières ne présentaient aucune anomalie physique. Ce premier rapport n'est qu'une observation sans étude approfondie.


Echantillon A - Drosophile normale

Arthropode, Insecte, Diptère. Une tête avec une paire d'antenne, un thorax composé de 3 segments portant 3 paires de pattes, une paire de balanciers sur le second segment et une paire d'ailes sur le troisième et enfin un abdomen avec 8 segments.


Lune 125


Échantillon B - Première mutation constatée

Mutation qui fait apparaître une paire de pattes au niveau des antennes. Mutation handicapante car les antennes sont l'organe tactile mais également "le siège de l'odorat"de la drosophile.


Lune 125



Echantillon B.1 - Seconde mutation constatée - bithorax

On observe sur cette mouche 2 paires d'ailes, les balanciers ayant été transformés en ailes. La mutation bithorax a provoqué la transformation de la partie antérieure du balancier en aile, alors que la mutation postbithorax a transformé toute la partie postérieure du troisième segment thoracique en partie postérieure de second segment thoracique ainsi le balancier est transformé en aile.


Lune 129


Echantillon C - Troisième mutation constatée

Mutation constatée ayant pour effet de donner à une partie du premier segment abdominal l'aspect du troisième segment thoracique. De telles mouches mutantes semblent pouvoir avoir une paire de pattes supplémentaires.


Lune 129



Echantillon C.1 - Quatrième mutation constatée

Mutation qui provoque l'absence de yeux ou la formation de yeux plus petits. Drosophile touchée par la mutation en bas.


Lune 133


Échantillon D.1 - Cinquième mutation constatée

Mutation handicapante sur l'aile droite. Malformation empêchant l'insecte de voler correctement.


Lune 133



Echantillon D.2 - Sixième mutation constatée

Étonnant. La drosophile présente des caractéristiques encore jamais vu par ailleurs. Des yeux sur les différents appendices de l'insecte, comme si le gêne s'était propagé de manière à multiplier de manière aléatoire des yeux sans pour autant brider la formation physiologique de l'insecte.

1/2


Dernière édition par Ana-Lucia Segovia le Jeu 3 Fév - 14:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana-Lucia Segovia

avatar

Messages : 460
Date d'inscription : 10/09/2010

MessageSujet: Re: Recherches - Théorie de l'évolution, sélection naturelle et hypothèses sur les mutations    Jeu 3 Fév - 13:59

Citation :
RAPPORT RSA134RAK

Pendant des décennies, en période pré-crash, les scientifiques et généticiens ont mené de nombreuses expériences pour produire des mutations chez les mouches des fruits. Comme ces insectes se reproduisent très rapidement, les mutations sont censées apparaître rapidement. Il semblait donc évident de reprendre cette base d'étude avec un échantillon physiologiquement et physiquement conforme au modèle qui a toujours stagné avant et après le crash tout en ayant pris soin de l'avoir exposé à des radiations plus puissantes.


Comme l'ont constaté nos chercheurs de l'époque : plusieurs causes peuvent entrainer des cassures dans l'A.D.N intrinsèquement liées à des mutations. Rayonnements cosmiques en hauteur, rayonnements telluriques comme les roches contenant des radiations, des sources artificielles de produits chimiques mutagènes, les virus pouvant faire parti de notre génome et bien entendu la radioactivité utilisée en médecine. De part sa structure, en cas de cassure, l'A.D.N est capable de les réparer grâce à des enzymes spécifiques. Néanmoins des erreurs peuvent se produire d'où découleront des mutations lorsque la tentative de réparation a entrainé des inversions entre chromosomes ou sur les deux paires de télomères d'un même chromosome. Cela entrainant fortuitement une lecture différente de l'information génétique et une anomalie au niveau des acides aminés avec des effets multiples contrastés, n'ayant aucun intérêt d'un point de vue de l'Évolution ni dans la diversité du vivant.



Or, l'étude a porté sur douze lunes et trois générations de drosophiles. Nous remarquons que les mutations engendrées par les radiations n'ont aboutie qu'à des malformations, handicap ou maladies. Toutes essentiellement physiques et empêchant les échantillons prélevés de pouvoir s'adapter à leurs biotopes même s'il fut assisté via insectarium. Seules, les drosophiles ayant subies des mutations plus visibles ont été prélevées, sachant que parmi ces mêmes générations, des pourcentages non encore fixés n'ont pas survécu au-delà de trois jours - espérance de vie estimée à 20 jours - n'ont pas eu une croissance normale voire absence totale d'éclosion des œufs. Nous avons cependant remarqué que la souche initiale était porteuse de germes que nous avons isolé par ailleurs.



En conséquence, il est impossible que des mutations provoquées par des radiations soient bénéfiques sur les êtres vivants et ne peuvent permettre de concrétiser un rêve vieux comme le monde lié au Darwinisme et à la théorie de l'Évolution en la précipitant ou en la ciblant. Si nous calquons ces résultats sur l'espèce humaine : Qu'obtenons-nous ? A nouveau des difformités physiques, des maladies dites génétiques, l'infertilité, des handicaps ne permettant pas - ou pas en totalité - l'adaptation à l'environnement hormis quelques cas répertoriés qui, en un temps éloigné, paraitraient comme monstrueux ou anormaux.



Si mutations bénéfiques, il devait y avoir, elles ne se feraient donc probablement que par la sélection naturelle et non pas de la main de l'homme. Sans doute, permettraient-elles une résistance plus forte à toute sorte de conditions non énumérées et que nous laissons imaginer qu'elles soient minimes (nouvelle enzyme, apparition d'une nouvelle protéine, résistance ou immunisation innée contre un germe/virus ou des bactéries responsables d'un fort taux de mortalité etc.) ou plus extériorisées. Dès lors, beaucoup de facteurs entrent dans l'équation et laissent à penser que seul, l'environnement dans lequel évolue une espèce en la confrontant à des éléments spécifiques peuvent amener l'organisme à développer de nouvelles défenses intrinsèque à la sélection naturelle jusqu'à la probable mutation, non pas forcément visible, mais vitale à la survie de l'espèce en question et ce, sur de nombreuses générations soit des décennies si pas des siècles.




2/2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Recherches - Théorie de l'évolution, sélection naturelle et hypothèses sur les mutations    

Revenir en haut Aller en bas
 
Recherches - Théorie de l'évolution, sélection naturelle et hypothèses sur les mutations
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» théorie foireuse des bankai
» Anapharm ( recherches cliniques )
» Réserve de marche, entre théorie et réalité
» Langage SMS et évolution de la langue française
» Théorie foireuse mais amusante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Act as a Celebration of Technology :: Ondes sécurisées :: Institut Aurora-
Sauter vers: