Les ondes privées de l'Avant-Garde de Construction Transhumaniste. Mouvement d'élite technologique pour l'élaboration de l'être humain supérieur.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Recherches Dossier MA78RSALK - Etude et conclusions sur la Malaria

Aller en bas 
AuteurMessage
Ana-Lucia Segovia

avatar

Messages : 460
Date d'inscription : 10/09/2010

MessageSujet: Recherches Dossier MA78RSALK - Etude et conclusions sur la Malaria   Sam 12 Mar - 3:58

Cela faisait deux hivers maintenant que "Ana" avait étudié le phénomène entre cellules souches prélèvements de sang et quelques expérimentations. Un vieux dossier qui trainait sur son bureau et qu'elle avait totalement oublié, trop occupée par ailleurs. Et pourtant, ce soir-là, elle remet la main dessus, le corrige quelque peu. Il était temps !

Citation :
Étude de la Malaria - Études et conclusions.

Le fract a connu plusieurs lunes avec différentes phases de la maladie en an 2, et ce, dès la lune 78.
Nous constations alors que tous les survivants hormis ceux fraichement sortis des bunkers étaient victimes de légers vertiges, les obligeant à s'asseoir plusieurs fois dans la journée. Puis, différents autres symptômes sont apparus jusqu'à la totale disparition de la maladie sans qu'aucun remède ne soit trouvé. Des recherches ont donc été menées dont voici les résultats :


I - Symptômes

- Phase 1 :

Appelée phase d'incubation ou d'inoculation, sa durée est inconnue à ce jour même si des ressources pré-crash indiquent une période de 7 jours environs, parfois plus longue.

- Phase 2 :

De légers vertiges apparaissent, obligeant les personnes contaminées à s'asseoir plusieurs fois dans la journée.

- Phase 3 :

Diarrhées sans pour autant avoir absorbé un quelconque aliment douteux.

- Phase 4 :

Présence toujours des diarrhées avec affaiblissement ou difficulté à récupérer. Fatigue omniprésente.

- Phase 5

Les symptômes s'estompent puis disparaissent spontanément.


II - Observations


La maladie est apparue assez soudainement avant d'évoluer crescendo, touchant simultanément tous les survivants sédentaires comme nomades, excepté ceux sortis de bunkers environnant durant la pandémie. Même symptômes, même impossibilité de trouver un remède. Pourtant, il est connu que la malaria était la maladie touchant et tuant le plus d'individus en période pré-crash. Le taux de mortalité n'a pas évolué de manière conséquente même s'il semble que les nomades ou personnes ne vivant pas en communauté eurent plus de difficulté à survivre surtout les moins solides ou endurants

Nous constatons l'absence de fièvre et de symptômes habituellement connus malgré une forte vigilance. Céphalées, perte d'appétit et myalgies en l'occurrence.

Si la transmission s'effectuait par piqure de moustique, il semble alors estimable que seuls, les habitants proches de marais auraient dû être contaminés. Néanmoins, cela n'est pas un facteur recevable du fait de la géographie actuelle du fract où sont disséminées beaucoup de zones marécageuses ou de points d'eau permettant la survie de cet insecte.

Or, ce dernier était connu pour inoculer le parasite provoquant la maladie. Le parasite s'infiltre dans le sang et les organes, peut également entrer en phase dormante. Néanmoins, plusieurs individus ont évoqué le fait de ne pas avoir été piqué. A noter qu'imaginer des centaines d'individus piqués dans un même laps de temps partout dans le monde relèverait de l'invraisemblable.


III - Hypothèses

Du fait de la résistance des survivants à la maladie qui tuait autrefois 2 millions d'individus en période pré-crash, plusieurs hypothèses ont été émises :

- Le parasite de la malaria a muté conduisant à une pandémie au taux de morbidité quasi nul.
- Les survivants ayant dû biologiquement s'adapter au nouvel environnement, ont mieux résisté.
- Le parasite était en phase dormante chez les survivants à l'air libre
- Le parasite pouvait se retrouver dans l'alimentation, l'eau et être ingéré
- Le parasite a été inoculé à un hôte, lui-même contaminant d'autres personnes.
- Le parasite était dans l'air et contamine par les voies respiratoires.
- La saison, la température, les conditions de vie ont réveillé/ facilité la pandémie.


IV - Réfutations

Suite à différents prélèvements, nous pouvons attester et conclure que le parasite était incapable de survivre après avoir été ingéré, du fait qu'il ne peut résister aux sucs gastriques. Par ailleurs, si le parasite était dans l'air, il est inimaginable de penser que les survivants sortis de leurs bunkers soient sains et ne présentent aucun symptôme de la maladie sans être contaminés à leur tour. De plus, aucune autre pandémie n'a été répertoriée depuis lors. La contamination d'une personne à une autre relève également de la science fiction et, à moins de vérifier tous les déplacements, il serait impossible de retrouver l'hôte initial. En effet, cela est réfuté par le fait que la maladie a touché les continents nord et sud sans distinction au même moment. Si une contamination devait se faire de la sorte, gageons que les déplacements d'un continent à l'autre soient facilités pour une telle expérience. Auquel cas, cela se ferait par phase temporelle décalée où la maladie se déplacerait d'un bout à l'autre de la carte avec des phases symptomatiques différées et non simultanées selon les régions.


1/2

[hj : A suivre]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Recherches Dossier MA78RSALK - Etude et conclusions sur la Malaria
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anapharm ( recherches cliniques )
» Etude de photographie, devenir pro: CESS, Bachelier, Master ?
» [REQUÊTE] Lecture musique à partir de dossier sur HD2
» [RESOLU] créer dossier dans le répertoire application
» Primitivisme - Dossier Fac - Besoin d'aide.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Act as a Celebration of Technology :: Ondes sécurisées :: Institut Aurora-
Sauter vers: