Les ondes privées de l'Avant-Garde de Construction Transhumaniste. Mouvement d'élite technologique pour l'élaboration de l'être humain supérieur.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A story of eyes in a zoo

Aller en bas 
AuteurMessage
Saül
Admin
avatar

Messages : 618
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: A story of eyes in a zoo   Lun 10 Jan - 23:58



[hrp: on reposte ici le RP d'excavation des yeux bioniques et on le continue.]


Ainsi donc, le commando d'élite peut partir. Ils n'ont pas pu attendre Vanessa car de récentes nouvelles ont du presser leur périple et qu'elle devait faire des bilans de santés aux nomades. Pour cette mission difficile, Mazzy a son flamme et Marve et Saül ont eu le droit à des pistolets à poudre et ce dernier a une pelle attachée dans le dos.

"Soyez sur vos gardes. On avance vite, nombre de poses minimums on a 4 lieux vers le nord à faire en un laps de temps record ok?"

A dit le borgne au début du voyage.

Ainsi donc ils commencent à marcher au milieux des ruines à moitiés ensablées de ce qui jadis a été une métropole.

La première moitié du voyage se passe bien, rien à signaler, pas une âme qui vive à part quelques chiens errants faméliques et des cadavres, tous dépecés pour la plupart. La terre craquelée se succède au sable au milieu d'hyper-marchés depuis longtemps pillés jusqu'aux fondations. Oh monotonie d'un défilement de paysage déjà vu 10000 fois, partout, partout, partout, toujours ce même types de paysages à la con. Finalement le plancher des vaches est d'un prévisible. Ca avance donc joyeusement, ça patine, ça piétonne, ça mouline des papattes, ça escalade aussi quand il le faut. C'est aussi chiant à regarder qu'un tour de France, mais sans les vélos... et sans les supporter... et sans les voitures publicitaires... et sans les mecs en moto qui viennent te filer à boire pendant que tu avances... et sans maillots à pois... et sans routes... et sans commentateurs sportifs... et sans caméras... et sans hélicos... et sans... Bref comme un tour de France à vélo quoi!

La première rencontre qu'ils font se passe donc environ 2 lieux et quelques après leur départ. Le soleil est encore haut dans le ciel. Se profile alors un tas d'ordures métalliques et autres plastiques assemblés. Le tout a pour forme... vaguement.... bien qu'indubitablement, celle d'un phallus d'une dizaine de mètres mollement allongé sur le sol.

De l'endroit où est supposé se trouver l'urètre sort une vieille moche et puante, habillée n'importe comment. Elle réajuste le bonnet de bain rose qu'elle a sur la tête avant d'exploser de rire en les voyants, nullement effrayée.



Entre deux spasmes d'hilarité elle leur gueule d'une voix stridente et avec un accent sortie du trou du cul du monde.

"_HEEEEY HEEEY V'NEZ ME FOURAGER VOUS'OT! V'NEZ FOURAGER TATI TEUB"

... on a les rencontres qu'on mérite. C'est un peu une manière de crier : bienvenu sur le continent nord pecno-land! Quoi qu'il en soit Saül fait signe de la main de ne pas tirer, même si pour sa part il a sortie ses armes. Il observe les allentours pour vérifier si il n'y aurait personne d'autres dans le coin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://actiongenetique.forums-actifs.com
marve

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Mar 11 Jan - 8:58

Le mercenaire avait pris la place du vieux à la dernière minute, une mission simple à priori, il suffisait d'aller à endroit et de chopper un objet précieux qui pouvait mener à une évolution de l'espèce humaine en général. Il n'était pas vraiment membre de l'A.C.T vu qu'il était plutôt sceptique sur le fait que l'homme puisse évoluer sans passer par la case mort, mais bon... Ça ou rester dans un sous marin, la question ne se posait pas, et puis il ne fallait pas se leurrer, Mazzy et Saül dans la même mission, c'était du sang à l'arrivée.
Il avait donc décidé de les suivre pour combler le manque d'effectif, Vanessa devait venir aussi mais elle n'avait pas daigné se pointer à l'heure, peut être encore à soigner Uggly ou peut être qu'elle était elle même malade.
Ils avançaient d'un bon pas au milieu des rues dévastés, la clone de combat comme à son habitude sur ses gardes pour tout le groupe. Lui avait abandonné depuis longtemps l'idée de marcher à couvert le long des carcasses, plus sécurisant mais aussi beaucoup plus fatigant. Il se baladait donc en plein milieu de ce qui restait de la route, colosse visible de loin. En même temps, quel idiot aurait l'idée de venir le voir même s'il était seul, alors tous ensemble...
C'était quand même nettement moins fun qu'il ne l'aurait imaginé, à part l'exposition de cadavres dépecés qui était réellement satisfaisante, le reste laissait à désirer...


Putain mais qu'est ce qu'on se fait chier!

Voila les seuls mots qu'il avait prononcé en deux heures, et vu le silence qui suivit cette déclaration, ses deux compagnons ne devait pas en penser moins. Ils arrivèrent devant un truc qui sortait de l'ordinaire et s'y arrêtèrent un moment, une espèce de cabane faite de brique à braque en forme de bite. Et le plus étrange c'est qu'une vielle sortait du bout...

Bah merde alors, c'est quoi cette morue?

Il se mit à quarante-cinq degrés de Saül et regarde lui aussi un peu partout, étrange rencontre... Il s'approche de la baraque, la mains posé sur cette antiquité qui lui sert de pistolet et commence à donner des coups de pieds un peu partout dans la taule pour voir si personne d'autres ne se trouve dedans. Soit ils ne bougent pas, soit l'endroit est vide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mazzy S.N.O.W.

avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Mar 11 Jan - 10:15

Elle est en mode warrior la petite, le canon de son arme suintante balaye les environs, qui sait ce qui se cache dans cette enfer métallique ? Une plante mutante ? Un lézard mutant ? Un mutant mutant ? Mazzy ferme la marche, tout sens à l’affût. Son cerveau limité est totalement concentré sur son objectif du moment : escorter ses camarades pour une mission dont elle ne comprend pas bien les tenants et les aboutissants, une vague histoire d’artéfact, typiquement le genre de mots qu'elle n'arrivera jamais à prononcer. Mais quelle importance ? De toute façon elle n'est pas là pour faire des discours mais pour s'assurer que rien n'arrive à Sah-hul cheri et Môrvounet d'amour.
Ainsi quand la charmante tati joue au démon sorti de sa boîte, Mazzy laisse parler ses réflexes, un peu malgré elle, il faut bien le dire.

Ne pas tirer ?

...


La gachette est appuyée, juste un petit peu, juste un instant, juste assez pour qu'une langue enflammée de deux mètres de long viennent s'écraser à l'endroit d'où l'hideuse à fait irruption.

*schhhprrrrrouch* (bruit supposé du lance-flamme)

On espère que madame Teub en a elle aussi des réflexes car la vague odeur de plastique brûlé qui flotte jusqu'aux narines des scarifiés ne laisse que peu de place au doute quand au destin de son bonnet de douche.

Mazzy regarde ailleurs à la manière d'une gamine de 6 ans surprise en train de jeter des cailloux sur un chien galeux. "C'est pas moi qu'a fait ça".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saül
Admin
avatar

Messages : 618
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Mar 11 Jan - 13:09

Quand on a un seul sourcil, on en hausse qu'un et c'est ce que fait le borgne, immobile, interdit. Il regarde Tati teub se consummer en disant pendant une fraction de seconde que peut-être qu'elle va survivre, qu'il pourra quand même l'interroger. Non? Non? Aaah? C'est un oeil qui fond ça? Oula... c'est mal parti. Bon sang c'est vraiment humainement possible de faire un cri aussi aiguë? 

Hmpf! Pour l'interrogatoire sur les dangers de leur destination, faudra repasser. Il tapote affectueusement sur l'épaule de Mazzy avec l'air du papa qui dit à son môme "c'est bien, c'est bien, tu as fais un beau caca dans le pot, maintenant va falloir apprendre à faire dans les WC"... un air du style quoi..


"Bon.... tant pis c'est pas grâve choupinette. Au moins ça désinfecte la vermine. Crame aussi sa baraque Mazzy, doit y avoir pleins de maladies là dedans."

Et sans verser une larme de plus sur la redneck calcinée qui a cessée de bouger, prostrée au sol, il repart dans leur direction à nouveau la monotonie laisse place à la monotonie des ruines tandis que le vent se lève.

Quelque part à pecnoland, c'est éteinte Tati Teub dans une flambée pré-coïtale, consumée par son désir d'amour. Elle n'aura pas eu le droit à son gang bang et en guise d'éjaculation faciale, son visage n'a été touché que par une giclée d'essence en feu. Dommage, Tati Teub, peut-être que si ton Karma a été suffisamment bon, tu te réincarnera en canon. En attendant, paix à ton âme. 

A mesure qu'ils avancent désormais, de plus en plus de rats apparaissent dans les débris. Signe certain de la proximité d'un groupement humain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://actiongenetique.forums-actifs.com
marve

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Mer 12 Jan - 4:20

Pendant qu'il tapotait la baraque du pied pour voir de quoi elle était faite et aussi, rappelons le, pour s'assurer qu'il n'y ait pas d'autres mauvaises surprises du genre mamie nymphomane à l'intérieur, une langue de flamme lui passe dans le dos. Heureusement pour lui qu'une clone de combat ça sait tirer. Un peu trop bien d'ailleurs... pas de gaspillage d'essence pour éliminer sa cible, Saül a à peine le temps de dire ouf que la garce est déjà partie en fumée.
Il se retourne en souriant, putain elle criait comme une truie entrain de se faire égorger. Le colosse ne s'était pas trop amusé avec la vielle, mais au moins elle avait fait son œuvre en rompant un peu la monotonie du trajet.


Hey Mazzy, la prochaine fois tu m'en laisses une part héhé.

Il s'éloigne un peu de la baraque et laisse Mazzy faire son travail, pas le temps de la découper en morceaux la vieille peau. C'est con quand même... pour une fois que la viande est déjà séchée, mais pas le droit de se charger plus que nécessaire, question de sécurité.
Bref, il suit le borgne qui commence à se barrer du bucher, probablement déjà lassé du spectacle, ou alors pas assez excitent à son goût. Et la route reprend, avec son lot d'emmerdement, du sable dans les rangers, le soleil qui tape toujours autant et personne sur des kilomètres.


C'est encore loin?

Cette question lui fait penser à celle d'un gosse en même temps que les mots quittent sa bouche.En même temps, ça fait une éternité qu'ils marchent tout les trois pour que dalle. Il espère juste que Saül ne s'est pas planté dans la route.
Celui-ci se contente de lever le bras pour lui faire signe de se taire et lui montre les rats. Peut être parce qu'ils sont au raz du sol ou qu'il est vachement grand mais il ne les avait pas remarqué. S'il y avait des rats, il y avait de la charogne dans le coin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mazzy S.N.O.W.

avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Mer 12 Jan - 4:41

*poum skiiiiiiiiiiiiiikk*

C'est le bruit d'une kickers pointure 38 qui percute un rongeur, puis celui de ce même rongeur qui percute un mur.
Ça grouille de vermine dans le coin, vraiment ! D'habitude les rats sont plutôt les bienvenues, une branche dans le cul et hop "hotdog on a stick" comme dirait leur pote l'américain qui écoute la vie en monophonie, mais là, il y en a juste trop ! Et ils ne semblent pas franchement comestible (ceci explique peut-être cela) : fourrures mitées laissant apparaître par endroit une peau rose parcheminé de nervures verdâtres et de pustules purulents, dent jaune limite orange; yeux rouge vifs de rastas photographiés au flash; sans oublier de longues queues rose et boursouflés...yuuuuurk. La moindre de leurs morsures doit transmettre la rage, le téthanos, la peste bubonique et la myxomatose en même temps, peut-être même bien de l'herpès.

Mazzy, aussi avertie en matière de santé publique qu'en physique nucléaire et, morosité sous-marine oblige, trop longtemps frustré de toute forme de jeu en plein air, ne se lasse pas de courir derrière les ignobles mickeys en alternant gloussements et grognements porcins. Elle s'amuse beaucoup, elle. Les autres sont contraints de courir derrière Mazzy qui cours derrière un rat qui cours derrière...euh...rien, les rat essayent juste de sauver leurs peaux moisies, comme quoi il sont probablement moins con que celle qui les poursuit.

Le trajet risque d'être long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saül
Admin
avatar

Messages : 618
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Mer 12 Jan - 4:44

Le borgne est attentif aux rats et a ses deux guns à poudre chargés en mains, prêt à faire feu. Ça ne lui dit qui rien qui vaille, rien du tout, mais ils n'ont pas le choix. Ils ne reviendront probablement jamais dans le coin et ils sont les seuls à pouvoir extraire l'artefact. Tout au long du trajet, la marche est émaillée de petits mots doux du borgne à destination de l'autiste. Du style :

"Mazzy... fais gaffe aux méchants... on sait jamais, peux y en avoir.

Rhaaa Mazzy, calme toi s'il te plait.

Mazzyyyyyyyyyyyyy? je vais te gronder si tu continues.

Bon sang qu'est ce qu'elle est mignonne quand elle joue...

Bon Mazzy ça suffit maintenant!

Je suis vraiment incapable de la gronder la môme...."


Le périple continue ainsi, rythmé par les courses gogolesques de Mazzy, les remontrances paternalistes d'un Saül en mode papa gâteau, et les coups de flippe de ce dernier et de Marve qui braquent leurs armes dans les directions d'où proviennent les bruits provoqués par les vermines qui renversent des bouts de taules ou autres matière cacophonique. De temps en temps aussi, le borgne s'arrête pour vérifier les lieux, regarder autour, sortir un calepin, en relire les instructions avant de repartir, toujours dans la même direction.

"On y est presque si ce qu'on m'a dit est juste..."

Et comme si ses mots avaient invoqués l'apparition de leur cible, ils arrivèrent quelques mètres plus loins au sommet d'une bute qui laissait voir en contrebas un charnier gigantesque remplie d'ossements d'animaux, de corps à moitiér dévorés dans la chaire décomposée restante servait de nourriture aux rats, le tout matiné de déjections humaines, de bariles toxiques et autres engrais chimiques : le nid des rongeurs. Bref, un truc faisant penser à la fosse commune d'une communauté de survivants et pour cause, cent mètres plus loin, un vaste complexe de plusieurs bâtiments à demi écroulés, entourée de grilles défoncées et d'espaces vides, de flore mourante jadis luxuriante, sans parler des cages titanesques aux barreaux tordus. Des ombres y bougent : c'est habité.

Sur la façade on peut lire en grosses lettres de plastique dont certaines manquent à l'appel : "ZOO S NT J NS".


"A couvert"

Aussitôt dis, aussitôt fait, le borgne se jette derrière une réclame publicitaire sortant du sol qui vante les mérites d'une marque de préservatif avec laquelle on sort toujours couvert.... ça tombe bien.

"Faut pas qu'ils nous grillent, c'est là."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://actiongenetique.forums-actifs.com
marve

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Mer 12 Jan - 5:23

Certaine personne, on ne sait pour quelle raison, sont toujours attirées par les choses dangereuses, comme des moustiques attirés par les flammes. C'est un peu le cas de Saül qui couve sa petite protégée comme s'il s'agissait de la gosse la plus mignonne au monde.
Là où le commun des mortels y verrait une ado armée d'un putain de lance flamme et arnachée d'un sac aussi gros qu'elle, entrain de courir derrière des rats aussi vite qu'un sprinteur de cent mètre au milieu de sa forme, lui, il n'y voit qu'une adolescente entrain de passer le temps tout à fait normalement.
Faut dire, c'est vrai qu'elle a des jolies courbes la Mazzy, tout en muscle, et en souplesse...mais quand même, il n'est pas assez aveugle pour ne pas s'apercevoir qu'il y a un truc anormal chez la gamine. Et s'il le remarque alors qu'il vit avec au quotidien, c'est quand même que c'est évident.
En attendant ça le fait bien marrer le Marve de voir un Saül tout à fait papi gâteaux avec sa Mazzy. Il se demande parfois s'il se rend compte à quel point les gens pourraient trouver sa bizarre.


A couvert

Pas le temps de penser à autre chose, il se met aussitôt à l'abri à coté du borgne. Quel con il fait, tellement pris dans ses pensés qu'il n'avait même pas remarqué que l'objectif était devant eux. Pourtant un Zoo ça se remarque, sans compter l'odeur de mort du charnier en contrebas.
Il vérifie que son flingue à poudre est bien chargé, que ses deux couteaux sont bien en place, un à la ceinture et un à la cheville puis essaye de se remémorer le plan d'action. Merde, il n'a pas participé au briefing vu qu'il ne devait pas être là.
Il passe la tête par dessus le panneau d'affichage et essaye d'apercevoir une présence hostile, sauf un zombie qui mange dans le charnier et les rats,il ne voit rien de concret.


Ptain il y a du mouvement mais je vois rien, je pense qu'on peut avancer, on procède comment? Et c'est quoi la cible?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saül
Admin
avatar

Messages : 618
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Dim 16 Jan - 13:15

Allongé ainsi à couvert avec ses deux compères, Saül ré-explique la situation... principalement pour Marve, parce que Mazzy elle comprend pas, puis elle s'en fou aussi un peu.

"J'ai eu des informations comme quoi, dans ce zoo un gamin aurait été enterré y a environ un an. Il aurait été foutu en terre dans ce qui était visiblement, un enclos à éléphant à c'qu'on m'a dit. J'ai jamais vu en vrai ce genre de bêtes, mais si c'que j'en sais est vrai, j'espère qu'ils sont crevés depuis longtemps.

Bref... le gosse avait un truc de très précieux.... ses yeux, qui étaient bioniques, des artefacts technologiques Verso Industry, que je pense pouvoir faire fonctionner à nouveau si on les retrouve."


Son sourcil se fronce, il jette un coup d'oeil par dessus le panneau de pub qui leur sert de couvert.

"La description qui m'a été donnée du gamin... confirme d'autres faits passés... le gamin était de Saint Exode, la Métropolis dont je viens et j'ai fais... disons parti de l'équipe qui l'a.... "encadré" pendant l’opération.

Je savais qu'il s'était cassé vers la surface quand on avait le dos tourné et je me suis toujours dis qu'il avait pas du durer longtemps là haut même si malgré toutes nos expéditions on l'avait jamais retrouvé.

Bah apparemment j'ai eu raison.... il est canné là dedans. La mission donc, c'est de le déterrer et de récupérer ses yeux."


A nouveau un regard vers le zoo et il fait signe de la main d'avancer en courant vers une autre position, en contrebas, prêt du charnier, planqué derrière un tas de gravas. Une foi ici, il reprend.

"Par contre c'était pas prévu qu'le coin soit habité... ça doit daté de moins d'un an du coup..."

Ici l'odeur de pourriture est insupportable et ils avancent ainsi à couvert, rampant parfois, escaladant d'autres fois, en mode "splinter cell activé". A mesure qu'ils approchent, un bruit grave de tambour lent mais régulier se fait entendre en provenance du coeur même du zoo. Maintenant qu'ils sont tout proches, à 20 mètres devant eux ils peuvent voir un mur d'enceinte écroulé par lequel ils peuvent entrer dans l'ex complexe animalier. Ils n'ont pas encore pu apercevoir les habitants clairement autrement que par ombre furtive au loin et de plus, présentement, la voie a l'air totalement libre. Si l'on exclue bien sûr ces bruits de percussions qui n'en finissent pas auquels se joignent désormais des cris suraiguë, du genre carrément hystérique..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://actiongenetique.forums-actifs.com
Mazzy S.N.O.W.

avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Mer 19 Jan - 4:00

A mesure qu'ils approchent du Zoo, la brigade adopte une formation de plus en plus martial et de plus en plus serré. Est-ce les battements de tambour, les cris ou l'ambiance oppressante ? Une menace invisible plane et en bon militaire, ils anticipent.

Mazzy a enfilé sa tenue de commando, à savoir un linge graisseux enroulé autour de son visage en ne laissant dépassé que ses grand yeux ronds. Le tissu est imbibé d'essence, les vapeurs l'aide à faire le vide. Au début, ça tourne un peu, puis le cerveau plonge dans une douce torpeur des plus agréables sans toutefois altérer ses capacités physiques. Avec le temps, elle s'y est habitué à ses vapeurs d'hydrocarbure, peut-être même qu'elle en est devenu accroc, c'est dur à déterminé d'un point de vue extérieur.

Masquée comme un touareg, là voilà donc qui avance avec ses petits camarades brigadiers de couverture en couverture, l'entrée du Zoo n'est plus qu'à quelques mètres. Après un bref repérage des ouvertures d'où pourrait surgir un eventuel sniper, elle s'élance en direction du mur d'enceinte en faisant signe aux autres de rester en arrière.

*voix étoufée*Paa-bouu-jéé-oh-kéé.

Mazzy va se plaquer contre le mur, en prenant garde de ne pas s'exposer, et ré-enclenche le système d'allumage de son arme. Trois étincelles plus tard, une petite flamme bleu crépite à l'éxtrémité du canon. Go !
Le soldat Snow se retourne dans un mouvement sec et pénètre accroupie à l’intérieur de l'enceinte en balayant son arme de gauche à droite, prête à faire feu à la moindre présence suspecte. Sa silhouette disparaît un instant, puis réapparaît. De la main, elle fait signe à Marve et Saül de la rejoindre, la voie est libre...enfin, pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marve

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Mer 19 Jan - 5:05

Et merde, qu'est ce que c'est encore que cette histoire! Des bruits de tambour provenant du milieu de ce qui est vraisemblablement la centre du complexe. Et puis quoi encore, après la marche de presque quatre lieux aller, le charnier et cette puanteur morbide, qu'est ce qu'ils allaient encore trouver? Des cannibales? des goules ou des gorilles mutants entrain de monter un orchestre?
C'est fou comme le pouvoir de l'imagination est forte dans ces moments là... Le colosse n'a en général pas peur de grand chose, c'est vrai, mais c'est parce qu'il sait contre quoi il se bat, alors qu'en ce moment, il s'attend franchement au pire.
Heureusement que la petite autiste ouvre la voix, probablement pas consciente du danger, ou trop entrainée pour ressentir quelque chose. En tout cas il n'aimerait pas être à sa place... Faut dire aussi que l'effet de surprise avec lui, ça risquait un peu d'être compromis.

Elle leur fait signe d'avancer, rien à signaler donc... Par précaution, prend quand même son flingue dans une main et son couteau dans l'autre. Il avait hâte que la baston commence, il n'aimait pas trop le moment entre appréhension et excitation qui précédait les boucheries, ça lui tapait un peu sur les nerfs.
Il traverse la rue, dos courbé et au pas de course et se plaque contre le mur à coté de Mazzy, attendant que Saül fasse de même. Une fois les trois compères rassembler il relance le sujet du plan d'action.


Du coup on fait quoi, on s'infiltre et on essaye de déterrer le cadavre sans se faire voir, ou on pacifie la zone? Normalement si ça date de moins d'un ans, ils doivent pas être trop nombreux, enfin j'espère...
vu le ramdam qu'ils font ils pourraient aussi bien être une petite centaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saül
Admin
avatar

Messages : 618
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Jeu 20 Jan - 0:04

Le borgne tout en zieutant les allentours répond à Marve en guise de consigne

"On essaye en mode discret tant qu'on sait pas c'qui squat dans le coin et si on un truc hostile nous tombe dessus.... on pacifie la zone."

Une foi à l'intérieur de l'enceinte il avance à pas feutrés avec ses camarades pour aller se poster après quelques déambullations dans des chemins désertiques au pied d'une batisse écroulée formant un impressiont monticule de gravas. Saül fait signe d'escalader.

"Là haut on verra mieux à quoi s'attendre".

Une foi l'ascension achevée, en jetant un oeil (forcément un seul pour Saül) voici la vue qui se présente à eux de l'autre côté en contrebas : Une petite allé qui les sépare d'un muret sur lequel pousse un grillage déchiré en de nombreux endroits laissant la possibilité d'entrer à l'intérieur de cette.... "cage géante" en forme de cercle d'une centaine de mètres de diamètre.
Entre eux et le murets en question, un panneau sur lequel est écrit (on peut le voir aux jumelles : Lémuriens - Madagascar [ Animalia Chordata Vertebrata Mammalia Theria Eutheria Primates Strepsirrhini Lemuriformes ]. A l'intérieur des arbres à demi crevés par la désertification soutiennent tant bien que mal le toit grillagé de la structure qui s'est affaissé et n'est plus soutenue que par cette flore à l'agonie. Étonnement les petits primates en questions ne sort pas mort, voir même ils ont l'air de se porter comme des charmes puisqu'ils jouent à loisir avec des cadavres attachés dans diverses positions à cette complexe structure de bois et de fer : la pitance dont ils dévorent joyeusement les entrailles.

A environ deux cents mètres sur la gauche un bâtiment de trois étages encore à peu prêt debout surplombe une petite place sur laquelle un stand de marchands de glace dévoré par la vermine a été abandonné depuis longtemps. Les bruits de tambours viennent approximativement de derrière la bâtisse, un peu plus loin que celle-ci et c'est également là le point d'origine d'une lumière mouvante comme celle d'un feu qui dessine sur la surface plane de l'esplanade une ombre titanesque : Celle d'un être aux propositions hallucinantes. Simple déformation de l'esprit, jeu de pénombre, ou réalité? Quoi qu'il en soit si la créature au bout de ces ténèbres ressemble un tant soit peut à la forme dessinée sur le sol elle a au moins quatre ou cinq bras titanesques au bout desquels tronnent des griffes acérés et fait le tout planté sur un corps décharné aux proportions improbables : une dizaine de mètres de haut.

On entend de plus en plus de cris aigüe. Certains sont maintenant identifiables à des singes, d'autres à des humains qui rient, chantent et encore d'autres plus proche du bruit provoqué par une intense douleur.... ça commence sérieusement à puer cette mission.


[HRP : à partir de maintenant avant de poster pour mettre en forme votre joli poste si vous entreprenez certaines actions comme "éclaireur" ou je sais pas par exemple, lancer des cailloux aux lémuriens etc. dites le moi en avance en mp comme ça je peux vous dire ce que vous voyez, ce qui se passe etc. Ainsi vous pourrez également faire avancer l'histoire dans vos postes en apportant de nouveaux éléments. Je lancerai des dés pour la réussite / échec de certaines actions que vous voudriez entreprendre (pas tout le temps of course) et pour certains évènements aléatoires. Bref on passe réellement en mode JdR sur table.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://actiongenetique.forums-actifs.com
Mazzy S.N.O.W.

avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Dim 23 Jan - 22:57

[hrp : désolé de faire traîner. Si tout va bien d'ici 6 mois, on devrait les avoir trouver ces prothèses^^]

Elle reste sur ses gardes, lance flamme en avant, et s'approche de la cages aux singes. Quels étranges spécimens ! on dirait des hommes miniaturisés et couverts de poils. Elle sait que ce sont des hommes, ils ont tous une queue, comme Saül mais en beaucoup plus longue, plus poilue et plus souple. L'un des lémurien l'utilise pour se balancer à une branche, le borgne n'arriverai jamais à faire ça...dommage se serait marrant et puis ça donnerait une utilité à ce truc moche qui pendouille entre ses jambes. A quoi ça peut bien servir ? Aucune idée, à part à pisser plus loin...
Perdu dans ses réflexion sur l'anatomie, Mazzy tapote les barreau de la cage avec le bout de son arme pour attiré l'attention des primates dont les cris montent instantanément en puissance.

Hiaaa ! Haaaa ! HAAAA !

Ça la bien fait marrer la débile, elle tente une imitation.

Haaan ! Haaan ! HAAAAN !

Pas facile, leurs cris sont sur-aiguës et agressifs, le sien ressemble plus à un râle de jouissance rauque et mal contrôlé.

A force de croiser des mutants aussi dégueulasses les uns que les autres, on élargie sa vision de la classification phylogénétique, aussi, pour elle, il n'y a pas de doute possible. Ce sont des êtres humains. Pas tout à fait comme les autres certes mais, pas forcément plus étranges que Boris ou l'ignoble truc répugnant qui traîne au fond du Black Shark et qui s'exprime à peine mieux qu'elle. Comment c'est déjà son petit nom ? Uggly ? Y'a des parents qui manque d'imagination. A moins qu'il ne soit comme elle, l'enfant de papa pipette et maman éprouvette.

Si il y a une chose qui ne lui plait pas à la clone, c'est de voir ses frères humains enfermés dans des cages, ça a trop tendance à lui rappeler son enfance pourri. Le fait qu'ils soient atteint de nanisme et de grave troubles de la pilosités n'est pas une raison valable pour tant de cruauté. Mazzy essaye donc de libérer les bestiaux en ouvrant la porte de la cage, si serrure fermé il y a, elle cogne dedans avec la crosse de son arme pour la faire sauter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marve

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Mer 26 Jan - 5:14

AHHHHHHHHHHH! MAzzyyyyy nooooon!

Pas le temps de lui dire de ne pas casser le cadenas et encore moins de lui expliquer que des macaque mangeurs de chair humaine, ça n'a rien de normal. Enfin mangeur de chair humaine, les scarifiés sont un peu experts en la matière, alors on ne va pas juger une bande de singes mutants de se faire un petit plaisir, pare contre le fait qu'ils commencent à montrer des crocs susmentionnés et à se frapper le torse bruyamment de manière plus qu'agressif, ça commence à l'agacer sévère le Marve.
Il s'approche de Mazzy, range le pistolet à sa ceinture et sort les deux couteaux. Il pousse la porte entrebâillé du pied et entre dans la cage.
C'est une fois à l'intérieur qu'il se rend compte que l'idée est plus que stupide, comment s'y prendre pour tuer toutes ces bestioles rapidement?
Ils sont beaucoup trop rapide et impossible à chopper quand ils sont en l'air. De plus des qu'il commence à tourner le dos l'un ou l'autre des monstre commence à s'approcher par derrière du coup il reste adossé à la grille. C'est pas qu'ils sont vraiment impressionnant mais quand ils se mettent à quatre ou cinq pour mordre et griffer avant de fuir et de recommencer, ça devient vite ingérable.
Sans compter que les coupures qu'il leur inflige au passage non pas l'air d'avoir d'autres effets que de les énerver encore plus.
Lui aussi d'ailleurs ça commençait à le chauffer, surtout qu'il espérait que les morsures ne soit pas mortelles... C'est qu'avec ce genre de créature on ne sait jamais.


Mazzy crame moi toutes ces saloperies! J'en ai marre bordel!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saül
Admin
avatar

Messages : 618
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Sam 29 Jan - 3:26

Un borgne n'a par essence qu'un seul oeil. Aussi quand il décide de le jeter sur quelque chose, il ne peut pas en garder un autre ailleurs. En l’occurrence Saül se consacre entièrement en en approchant à l'observation du bulding derrière lequel provient la lumière et les bruits de tambours. Il pense donc que son charisme naturel a très certainement encouragé ses ouailles à le suivre et que cela se passe d'ordres verbalisés. Erreur fatale... quand il se retourne pour donner un ordre à Marve, il s’aperçoit que la baston a déjà commencé derrière lui et que les siens ont préférés aller faire mumuse avec les macaques plutôt que de le suivre.

Rapidement les singes avec une agressivité phénoménale se jettent sur Marve, puis sur Mazzy, les griffant et les mordant. Heureusement pour le commando Scarifié, les cris stridents des lémuriens mutant sont recouverts par les bruits des tambours et de la probable orgie qui se déroule là bas et les habitants du coin ne sont donc pas alertés. Malheureusement pour le commando Scarifié, quand Mazzy commence à cracher de longues langues de flammes en réaction avec son joujou favoris pour brûler toute la structure de bois pourrissante ainsi que ses belliqueux occupants à poils, le brasier qui en résulte est tel qu'on doit pouvoir les repérer à 5 kilomètres à la ronde.

Les animaux ayant échappés à la cuissons s'enfuient aussitôt en bondissants dans tout les sens, effrayés, pour aller se planquer dans des recoins du zoo. C'est un peu l'attaque des feux de l'enfer contre les e-wok sous extasy, de quoi ravir des fans de conventions SF pré-crash. Mais à l'heure actuelle nos héros sont bien loin de ces considérations. Les bruits de tambours s'arrêtent et on entend des cris braillés sur le ton d'ordres, la situation est clair, on va leur mener la chasse. Quoi que ce soit qui habite ici : it is coming! Saül gueule à son tour, repérant une bâtiment à l'opposé de l'ombre étrange sur l'esplanade du marchand de glace il le désigne du doigt :


"Là bas!!!! Tous à couvert!"

Aussitôt dit, aussitôt fait, il s'y rend en courant et saute par une fenêtre dont le verre a été depuis longtemps brisé pour rentrer ce planquer à l'intérieur le temps de voir à quoi ressemblent ce qui arrive vers eux.

A l'intérieur le spectacle est tout autre. Il est désormais au bout d'un long couloir jalonné de cages sur ses côtés, sur celles-ci pas de barreaux mais des vitres qui ont pour la plupart été brisées laissant en échapper les occupants... manifestement c'était jadis un vivarium.... mais... où sont les migales et les serpents alors? Prions pour qu'ils soient déjà tous morts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://actiongenetique.forums-actifs.com
Mazzy S.N.O.W.

avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Dim 30 Jan - 0:56

Ça la fait bien marrer de voir Marve se débattre au milieu des singes, ouais ça la fait marrer jusqu'à ce qu'ils arrivent sur elle. Et vas y que je te griffe les bras, et vas y que je te mord les mollets, on rigole moins. Ils sont chauds les lémuriens, rapidement ils sont même brûlants. Mazzy crame tout sans faire dans la dentelle, primates, cadavres, structures, Marve...Marve ?

Le colosse étant nettement plus intelligent que le reste des occupants de la cage (Mazzy comprise), il est déjà sorti et il vaut mieux car la structure commence à s’effondrer sur elle même dans un vacarme de cris de primates et de clone. quelques lémurien s'enfuient, certains ne sont que des boules de feu qui s'écroulent un peu plus loin, pauvres petits martyres victimes d'arrêts cardiaques consécutif aux douleurs extrêmes d'une immolation en bonne et dut forme. Lorsqu'une poutre enflammée s'écrase à quelque mètres d'elle, Mazzy évacue les lieux.

Saül hurle des ordres inaudibles, on entend rien mais c'est pas grave, le langage corporelle suffit. De grands gestes des bras, un borgne qui saute par l'ouverture d'une fenêtre, okééé, il faut se planquer en vitesse. Mazzy tape un sprint jusqu'au vivariarium et, allez savoir ce qui lui passe par la tête, tente un fosbury par dessus l'allège de la fenêtre. Avec un sac de campeur sur le dos et un lance-flamme de 20kg dans les mains, c'est tout à fait le genre de mouvement impossible pour un être humain...mais Mazzy est elle humaine ?

[hrp :Saül, tu veux faire le MJ ? Je te laisse déterminer le résultat à l’atterrissage.^^]


Dernière édition par Mazzy S.N.O.W. le Jeu 3 Fév - 7:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marve

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Lun 31 Jan - 6:08

saloperie de singe! Voila ce que se répète le colosse boitillant qui essaye de suivre un Saul désormais plus rapide que lui. Oui saloperie de singe... C'est que ça à des crocs ces bestioles là. Il ne sais pas vraiment si c'est du fait des radiations ou d'une morphologies plus avancée que chez leurs compères mais ceux la peuvent sans problème arracher des bons morceaux de chair. Heureusement pour lui ce n'est pas le cas, enfin heureusement n'est pas vraiment le terme approprié puisque l'un des primate à probablement réussit à percé ce qui semble être la fémorale.
Mais bon, il en a vu d'autre le mercenaire, pour le moment, une main bien plaqué sur l'hémorragie, il essaye de se tirer d'affaire.
Il aurait bien aimé rester s'amuser plus longtemps avec la clone mais là, elle le battait à plate couture. Faire cramer toute une cage d'un coup avec les occupant, c'était franchement bien kiffant! Dommage que cette raclure de macaque lui est charcuté la jambe...


Mazzy, dépêche toi !

Il ne prend pas le temps de regarder si le message est passé, il sent le liquide tiède commencer à lui dégouliner en quantité jusque dans sa ranger. Bordel de bordel, mais c'est que ça va tourner à boucherie cette connerie, il avait bien raison de pas la sentir cette mission.
Il arrive enfin à l'ouverture par laquelle le borgne s'est engouffré, il passe l'entrée et prend plaisir en ressentant la fraicheur ambiante que la battisse à garder à l'ombre.
Il s'écroule contre le mur et commence à inspecter la plaie. Ça va c'est plus impressionnant que grave, il enlève son T-shirt, l'enroule serré autour de sa sa jambe et fait un garrot avec sa ceinture. C'est pas fait pour durer mais de toute façon il ne compte pas camper ici.
Il commence à se relever quand une ombre lui fonce dessus, enfin dessus, elle se rétame plutôt à ses pieds.


Ptain Mazzy, t'as pas fini de faire la conne, tu m'as foutu les boules.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saül
Admin
avatar

Messages : 618
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Mar 1 Fév - 11:50

Saül lâche un juron en voyant Marve entrain de se bander la jambe. A cet instant Mazzy en se prenant pour une athlète du saut en hauteur tente un super bond de la mort qui tue pour passer à travers la fenêtre. L'envolée est bien négociée mais l'atterrissage nettement moins, elle percute en pleins vol le borgne qui va s'affaler un peu plus loin. Le choc a pour effet principale de faire dévier Mazzy de sa trajectoire et alors qu'elle aurait du retomber sur son sac à dos mastoc qui aurait du amortir la hutte, elle se retrouve à vriller et tombe sur le côté, s’éraflant la tempe et la main au passage. Plus de peur que de mal, n'empêche qu'elle saigne un peu la petite.

Pas le temps pour les considérations sur les petits bobos. Tout en accompagnant chacun de ses mouvements de "putains... merde..." et autre "fais chier" très subtiles Saül c'est déjà relevé et regarde par la fenêtre ce qui vient vers eux. Dans la lueur du brasier allumé par la clone, la vision est ahurissante, une dizaine de créatures grotesques portant des torches et des armes blanches sont en approche. Certains de ces monstres semblent même avoir des armes à feu rustiques, fabrications maison. Et en guise de monstre... bordel... mais qu'est-ce que c'est grotesque! Il s'agit en réalité de mascottes de football US... toute une team d'animaux ridicules en peluches géantes qui débarquent ainsi pour les traquer.



Saül aurait sans doute trouvé ça hilarant si jamais il avait su ce que c'était... mais lui qui a passé les quatre cinquièmes de sa vie ans une Metropolis il n'est pas au courant des us et coutumes du super-ball us et il ne voit là que d'étranges déguisements guerriers et il se dit qu'il vaut mieux rester planqué pour l'instant.

"chuuuuuuuuuuut ils ont pas l'air de nous avoir vu."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://actiongenetique.forums-actifs.com
Mazzy S.N.O.W.

avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Mer 2 Fév - 20:38

[Musique]

Mazzy atterrit avec la douceur d'un Boeing 767 dans le World-Trade Center, elle s'écrase sur le flanc, rappant sa peau délicate d'adolescente sur le sol rugueux du vivarium. C'est peut-être superficiel mais c'est aussi super douloureux, comme une brulure au deuxième degré. La tête en partie recouverte d'un mélange de sang et de terre-battue, les coins des lèvres pendants, l'œil embué de larmes naissantes, elle s'apprête à expulser son malheur dans un long beuglement...

"chuuuuuuuuuuut ils ont pas l'air de nous avoir vu."

...mais se contient. Pour être sur que son râle de souffrance reste bien sagement à l'intérieur de sa gorge, Mazzy se mord la lèvre inférieure, le menton tout tremblotant. Sois forte soldat Snow ! Relêve toi, essuies toi un peu la frimousse et jettes un regard furtif par la fenêtre.

Shocked

Qu'est-ce que c'est que ça ? Encore des mutos ? Et son lance-flamme qui est presque vide...


Peuh-t-Ttin !

La clone fouille dans son sac en recherche d'une recharge d'essence mais, il faut bien se rendre à l'évidence, elle a oublier de refaire le plein avant de quitter le Black-Shark. Mazzy continue de farfouiller frénétiquement dans son sac à dos en maugréant à voix basse et en se tapant nerveusement le front avec sa paume comme l'autiste qu'elle est.

Aah-puu ? Peeu-tinnn ! Aah-pUUh-léé-ss-hAN-sseuh-pEUU-Tt-TIN ! Chhhht. T-t-taah-Geuul ! Chhhhhht.

Ben non, y'a plus. Il va falloir faire sans. Elle s'y résigne et se calme doucement. La réserve de l'arme est au plus bas, pas de quoi incendié une dizaine de fou furieux costumés pour la parade de Noël à Euro-Disney. Mais la petite guerrière à plus d'un tour dans son sac. Quand le matériel militaire est inutilisable, on passe aux tactiques de guérilla.

Elle sort une bouteille au verre opaque, la débouche et renifle. De l'alcool, parfait. Une bonne lampée au fond du gosier, une giclée sur son visage écorché (ça pique mais ça réveille), et la bouteille n'est plus que pleine aux deux-tiers. Mazzy dévisse ensuite le réservoir de son lance-flamme et y transfère délicatement les quelques centilitres d'hydrocarbure restant, puis arrache rageusement une des manches de son t-shirt et l'enfonce dans le goulot pour faire une mèche. Si les mascottes s'approchent de trop, elle goûteront du coktail-Molotov.

Ambiance bal de fin d'année sur le campus, quelqu'un a verser de l'alcool fort dans le ponch...la soirée promet d'être explosive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marve

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Ven 4 Fév - 8:04

Mais c'était quoi ce délire, Marve avait vu des choses étranges dans sa vie, des bestioles mutantes, des goules, même parfois des morts vivants où ce qui s'en rapprochaient, mais là ça dépassait l'entendement. Des mecs déguisés en peluche entrain de faire une espèce de chasse à l'homme cannibale à la viens voir papa dans les bois il se goinfrera.
Il se doutait bien que c'était des mascottes de quelque chose et que dessous y avait des hommes en chair et en os qu'on pouvait abattre mais quand même... Le spectacle restait impressionnant. Il ne s'était même pas rendu compte qu'obnubilé par le spectacle, il laissait sa tête dépasser de la fenêtre du vivarium. Perdu dans ses pensées, entrain de regretter de ne pas se balader avec une grosse tronçonneuse, fantasmant sur des tripes sadiques pas encore accomplis, il n'émergea de sa rêverie que lorsqu'il l'aperçu que le bruit des tambours avait cessé, laissant place à un silence de plomb dont seul les craquements du brasier venaient perturber la tranquillité.
Trop tard pour se planquer, toutes les têtes de nounours était tournées vers lui. C'était le moment d'inventer un plan brillant pour les sortir de cette merde, mais bon, la diplomatie, c'était pas son fort à Marve....



Oups... Je crois que je suis grillé. Attendez, j'ai une solution que j'ai vu dans un film. ca va marcher du tonnerre.

Il balança ça en se marrant, ça ne laissait rien présager de bon. Il se leva et passa l'ouverture en boitillant. Il avait toujours voulut faire un truc du genre, espérons que son plan allait marcher.

Bon, c'est qui votre chef?

Les peluches se regardèrent un moment les unes les autres, mais aucunes ne lança de réponse. Son plan était niqué, fallait bien le dire. En même temps une scène sortie tout droit du cinquième élément, fallait être con pour la tenter.

Bon okay, puisque c'est comme ça je vais choisir au pif.

* BLAM*


Et voila un adversaire à terre, flingué par la seule balle qu'il y avait dans son pistolet à poudre. Il le balança et sortit ses couteaux, se préparant à la charge imminente.

ALLEZ! AMENEZ VOUS BANDE DE TARLOUZES!

Voila le combat allait commencer, les ennemis commençant à sortir barres de fer et coupe coupe, pour lui faire sa fête. Heureusement qu'ils ne savaient pas encore que les deux autres étaient. derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saül
Admin
avatar

Messages : 618
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Dim 6 Fév - 9:16

Ça aurait pu marcher... y avait de l'idée. Sur le papier le plan de Marve était pas mauvais. Sauf que... ben non. Echec, niet, nada, caca prout. Ca commence à sentir l'eau de boudin sérieusement.

Détonation, montée d’adrénaline, en face une des mascottes a levée son arme à feu préhistorique et a tiré sur le géant. En conséquence de quoi le pauvre Marve se retrouve avec un gravier qui vient se ficher dans son épaule. C'est pas très profond... mais ça saigne et ça fait mal quand même. L'armée des peluches se met en rang de bataille : c'est à dire qu'elle fonce en beuglant des borborygmes incompréhensibles.

Saül se redresse, ses deux vieux pistolets à poudre en mains, prêt à faire feu du premier sur un adversaire à l'allure de cerf heureux (oui, oui, heureux, ça se voit à son sourire niais). C'est sans compter sur Mazzy qui le prend de vitesse, en effet avec l'étincelle produite par la pierre de son lance flamme elle a déjà enflammée la mèche de son cocktail et l'envoie voler avec une précision mortelle sur la cible qu'il s'était choisit. Bruit de verre qui se brise, les flammes montent immédiatement pour brûler les poils de leur ridicule assaillant. Le pauvre cerf braisé part en courant et en gesticulant dans tout les sens, répandant son brasier au passage sur un lapin innocent qui passe par là. Bordel... la deuxième cible de Saül devient inutile, foutre dieu.

Il cherche une meilleur victime sur qui faire pleuvoir la poudre mais n'a pas un suffisamment bon angle de vu, ni une ni deux, il franchit à nouveau la fenêtre pour rejoindre Marve à l'extérieur. Et PAN la girafe, et PAM monsieur fromage.

Ses deux guns n'ont qu'une seule charge chacune et il les passe donc à sa ceinture avant de sortir son sabre.

La mélée s'engage. Les mascottes affluent, et elles ne sont pas contentes. Il en reste une quinzaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://actiongenetique.forums-actifs.com
Mazzy S.N.O.W.

avatar

Messages : 177
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Mar 8 Fév - 2:51

Les affreux costumés semblent ne pas avoir apprécié que leurs camarades le cerf et le lapin soient respectivement transformés en rôti venaison et en civet, deux d'entre eux se dirige en direction de la lanceuse de molotov, bien décidés à lui faire passer le goût de la cuisine de gibier. Un genre de pirate et un clébard aux bajoues pendantes. Mazzy ramasse la première arme à portée de main, soit une brique tombé d'un mur à moitié effondré.


Alors qu'elle est penchée à ramasser sa brique, le boucanier l'attaque avec son sabre. La clone pare le coup avec son avant bras, après tout il vaut mieux perdre un membre que l'on a en double que de perdre la tête. Elle n'est peut-être pas bien remplie mais elle n'en a qu'une de tête.

*Toc*

Toc ? Oui, toc. Ce con s'en va guerroyer avec une épée en plastique, rien d’étonnant de la part d'un type dans un costume aussi beau que pratique. Mazzy décide de lui remettre les neurone en place à coup de parpaing dans la gueule.

*VLAM !*

VLAM ? Oui, VLAM ! C'est autrement plus convainquant comme bruit. La brique s'enfonce profondément dans le masque de polystyrène jusqu'à littéralement s'y encastrer et le pirate s'écroule. Difficile de distinguer avec toute cette mousse, mais le sang épais qui coule de sa bouche laisse deviner l'étendu des dégâts. Next !

Et ça arrive rapidement. Le Bulldog n'a pas pris de ticket et n'attend pas son tour, il décide d'attaquer Mazzy avec sa hache alors qu'elle est encore en pleine opération maçonnerie faciale. Est-ce l'instinct guerrier inscrit dans ses gènes de combats ou simplement le fait que le chien hurle en même temps qu'il frappe ? Toujours est-il qu'elle voit le coup venir et le pare en saisissant l'arme par le manche, la lame s'arrête à quelques centimètres de son visage. Cette fois ça n'a pas l'air d'être un jouet, ou alors c'est drôlement bien imité.

Mazzy dévie l'arme sur le coté en tirant dessus, attrape la torche à l'aide de son autre main et dans le même mouvement balance un violent coup de pied dans le plexus du malotru. Il ne devait pas s'attendre à ce qu'une pisseuse déploie la force d'une locomotive en marche dans sa jambe et vole trois mètre en arrière sous l'impact, laissant ses deux ustensiles aux mains de son adversaire.

Le chien abboit, la clone de combat trépane.

En moins de temps qu'il n'en faut pour regretter de ne pas avoir utilisé une arme en plastoc comme son copain le pirate, le chien se prend une hache tournoyante en pleine face. La lourde lame pénètre le crâne comme du beurre. Cerveau fendu. Arrêt des fonctions vitales (reniflage de cul des passants, marquages de territoire sur révèrbère etc.).

C'est sur ce lancer parfait que s'arrête net les espoirs des Bucaneers et des Bulldog de se qualifier pour le Super-Bowl cette année, voir leurs espoir de retourner un jour sur le terrain.

La torche toujours à la main, Mazzy recule prudemment en balayant la flamme devant elle comme pour repousser des bêtes sauvages.

Next !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marve

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Mer 23 Fév - 8:27

Il penche un moment la tête mais ne flanche pas, ça bourdonne dans sa tête. Un espèce de ronronnement de moteur qui l'empêche d'avoir l'esprit clair, il est presque en paix au milieu de ce combat, il se sent bien, peu importe ce qui ce passe autour, il est bien sonné.
Faut dire aussi qu'il a perdu pas mal de sang, que les explosions des deux pistolets à poudre de Saül et les hurlement de douleur des assaillants n'aide pas. Il regarde ses ranger couvertes de son propre sang, c'est pas intéressant mais bon, il était à deux doigts d'être en état de choc. Heureusement la douce odeur de chair brulée commence à le réveiller, un peu comme l'odeur de pain grillé le matin. Il émerge enfin, se sent presque comme chez lui, ça le fait sourire.
Certain aurait pu penser qu'il était fou au quotidien, mais c'est qu'il ne voyait pas maintenant. Il se marre le grand balèze, ouais, il rigole à gorge déployée. Les yeux exorbité par la rage ou une joie intense, personne ne le saura jamais et encore moins les débiles devant lui.
Cette expédition lui en à fait baver, il est temps que ça cesse, il en a marre. Il hurle un grand cri, ça ne veut dire mais n'importe quel guerrier ou ennemis peut le comprendre, ça veut dire quelque chose comme "j'arrive".
Saul et Mazzy s'étaient regroupés devant lui, mais il ne les voit pas, il cherche juste à faire couler un maximum de sang, à faire mal et il sait ou sont ses ennemis, juste devant. Il charge et dépasse ses deux compagnons, il court vite pour une telle corpulence, on aurait pas cru. Il ne sent plus les blessures n'y la fatigue, il court et percute de plein fouet deux des peluches qui s'écroulent au sol, pas le temps de dire ouf qu'il taillade déjà à tour de bras celle a proximité, c'était pas du très beau combat avec des belles prises et tout le tralala, c'était plus un genre de boucherie ou la puissance allié à la rage se joignait et dans ce domaine, il excellait. Il faisait dans le sonore et le dégueulasse, le corps à corps c'était son truc, les os craquaient de toutes parts, les couteaux découpaient de large sillons rouges dans les costumes et le gang des déguisé perdait de plus en plus de membre.
Quand il n'eut plus la force de lever son bras, il s'arrêta essoufflé et constata les dégâts. Sept, voila le nombre de corps mutilés et agonisant qui étaient entassés autour de lui. Il se calma un peu prenant conscience de ce qu'il avait fait. Il éclata une nouvelle fois de rire.


Ça c'est de la folie meurtrière ahahaha

C'était à son tour d'être déguisé, il était couvert de sang des pieds à la tête. Il ne restait plus que quatre gars d'après ce qu'il voyait, mais il n'avait pas trop l'air de vouloir approcher, était ce le début d'une fuite?

Ben alors les gars, on ne vous plait plus? AHAHAH!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saül
Admin
avatar

Messages : 618
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Mer 23 Fév - 23:36


Un sabre s'enfonce profondément, brisant os et ligaments, à la base d'un cou de war-puppet. Partout ici ça danse une drôle de gigue, une sarabande mortuaire endiablée avec les peluches de notre enfonce. Elles tombent, unes à unes maculées de sang, les yeux toonesques débiles grands ouverts.

Marve s'enfonce en Bersek dans les rangs ennemis, passant trop de temps à attaquer et aucun à défendre, il défonce littéralement ses ridicules ennemies mais au prix de nombreuses estafilades. Il ne tiendra pas longtemps à ce rythme là aussi le borgne se jette t'il derrière lui. C'est deux styles totalement différents qui se suivent. La brutalité hystérique un peu pataude d'abord, puis derrière le contrôle assuré, la maîtrise des gestes, la force dosée. Saül couvre Marve, empéchant les lames qui l'assaillent par le côté de le toucher et de lui faire perdre encore un peu de sang... quelques gouttes fatales. Tous font leur lot de macchabée, tous sont sur-entrainés, habitués aux combats réguliers, tous sont transformés en pourdendeurs de mascotte et sont trop occupés par leur labeur pour remarquer qu'une dizaine de plus sont sur le point de rentrer dans la mélée. Ca commence à faire beaucoup quand même... maaaaaaaaaais!!!! Tout à coup ça s'arrête, plus rien. Non qu'il n'y ai plus d'ennemi - les survivants de la première vague ont fuit pour se planquer au sein la deuxième - mais juste qu'il n'y a plus personne à portée et qu'ils n'ont pas l'air de vouloir en redemander, se contentant de braquer nos héros avec des armes de jet et des arcs... le truc qui peut faire mal le temps d'arriver à eux quoi. C'est le moment qu'une mascotte oncle Sam sort des rangs, les bras en l'air en signe de non agression. Le Chef?



Il parle d'une voix étouffée par son masque avec un accent étrange.

"La force d'Elephas maximus coule en vous étrangers.... vous êtes sur le territoire de la tribu Superball. On peut, peux être parlementer?"

Aussitôt Saül attrape Marve par le cou en serant pour le contraindre à sortir de sa transe meurtrière, prêt à le désarmer si nécessaire. Il répond :

_"On veut accéder au grand aquarium à Baleine et on se casse..."

Bruit d'étonnement parmi leurs assaillants qui les braquent toujours. L'oncle Sam répond sur un ton cérémonieux:

_"Seuls les pures peuvent accéder à l'enclos sacré du Dieu Odontocedi. Vous devez passer le rite pour ça!!!!!!"

Suspens... que va répondre Saül.... roulement de tambour.

"_Ok!"

Laconique, simple, droit au but... et bien.... la réponse est en tout cas accueillit par un chant guttural qui sort de la bouche de toutes les mascottes, visiblement ça leur fait plaisir.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://actiongenetique.forums-actifs.com
marve

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 31/08/2010

MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   Lun 7 Mar - 7:34

Rho la bande de barge, mais c'est quoi ces mecs. Déjà qu'ils s'habillent tous en mascotte mais en plus ils ont des rituels des forces mystiques dont ne sais où qui coule on ne sait pas où non plus, ça commence à faire beaucoup d'informations à la cons à emmagasiner. Surtout que le Marve il à déjà pas l'esprit vif mais en plus avec le manque de sang qui n'irrigue pas le cerveau comme il devrait il commence à sérieusement croire qu'on se paye sa tête, que c'est une vaste blague cette mission. Heureusement que le Saül le tient à la gorge parce que sinon, dix mecs ou une centaine ça ne faisait pas de différence pour lui, il serait clairement allé défoncer le crane de l'oncle Sam. Il met les mains sur ses genou et courbe un peu le dos, ça a comme vertu de faire passer un peu les courbatures et l'air dans les poumons mais en plus on ne voit pas qu'il parle à voix basse à son chef qui l'a désormais lâché.

Mais c'est quoi ce délire. Putain elle craint ta mission... En tout cas on va pas te laisser y aller seul. T'as vu les dégénérés que c'est. Ils ont été fini à la pisse c'est sur, ou alors les radiations leur a cramé des neurones.

Il se redresse un peu pour mieux admirer la mascotte oncle Sam.

hey toi l'encu...

Il est interrompu par la pression de la main du borgne sur son épaule.

T'es qui et c'est quoi l'épreuve?

Le mercenaire était un peu avar en mot mais c'était pas vraiment le bon moment pour discutailler autour d'une tasse thé. Il en avait vraiment plein le cul. Il espérait juste que ça n'allait pas finir dans des embrouilles encore pires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A story of eyes in a zoo   

Revenir en haut Aller en bas
 
A story of eyes in a zoo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toy Story
» Toy Story 3
» Belleville Story de Malherbe et Perriot
» Les yeux bleus (A pair of blue eyes)
» gaze correction et boggled eyes ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Act as a Celebration of Technology :: Ondes sécurisées :: De partout et d'ailleurs-
Sauter vers: